Russie 2018

CONMEBOL : le Brésil déroule, l’Argentine au bord du gouffre

CONMEBOL : le Brésil déroule, l’Argentine au bord du gouffre
DR

À un match de la fin des éliminatoires, la lutte fait rage en Amérique du Sud. Derrière le Brésil, largement en tête du classement et déjà qualifié pour le Mondial, six équipes se disputent les trois derniers strapontins, ainsi que la place de barragiste.

Ils y sont : Brésil

C’est l’histoire d’une renaissance. Depuis l’été 2014 et la gifle infligée en mondovision par l’Allemagne (1-7) en demi-finale de son Mondial, le Brésil trainait son spleen. Intronisé sélectionneur en lieu et place de Luiz Felipe Scolari après le désastre de Belo Horizonte, Dunga incarnait les espoirs de redressement du peuple brésilien. Il n’en fut rien : anesthésiée par la rigueur et la discipline à outrance de l’ancien milieu défensif, la Seleçao était devenue un plat sans saveur, caractérisée par un jeu apathique et des résultats décevants. Le Brésil est éliminé en quarts de finale de la Copa America 2015, avant de sombrer lors de l’édition suivante, un an plus tard, avec une élimination au premier tour. Entre-temps, les Auriverde réalisent le pire début de campagne éliminatoire de leur histoire, avec deux victoires pour trois nuls et une défaite en six matches. Puis vint Tite. L’ex-entraîneur des Corinthians redonne confiance à un groupe marqué par des humiliations à répétition. Il met en place un 4-1-4-1 compact, animé en attaque par le trio Neymar-Gabriel Jesus-Coutinho. Les résultats ne tardent pas à décoller : la Seleçao enchaîne onze matches sans défaites, dont neuf victoires de rang. Le 28 mars, elle devient la première équipe à valider son ticket pour la prochaine Coupe du monde. Avec 38 points, les Auriverde comptent actuellement dix points d’avance sur leur premier poursuivant, l’Uruguay. Ils possèdent également la meilleure attaque (8 buts inscrits) et la meilleure défense (11 buts concédés) du groupe. René de ses cendres, le Phoenix brésilien fait désormais partie des favoris annoncés pour le Mondial russe. Un miracle signé Tite.

Ils peuvent y croire : Uruguay, Chili, Colombie, Pérou, Argentine, Paraguay

Derrière le Brésil, rien n’est acté. Six équipes sont encore en lice pour décrocher les trois dernières places qualificatives ainsi que la place de barragiste, et se tiennent en quatre points. Actuellement, l’Uruguay occupe la deuxième place, avec 28 unités. Menée par Edinson Cavani, meilleur buteur des éliminatoires d’Amérique du Sud avec neuf buts, la Celeste n’a besoin que d’un point pour valider sa treizième participation à une phase finale de Coupe du monde. Avec 26 points, le Chili pointe en troisième position. Dans la lignée de ses deux succès de rang en Copa America, la Roja devra cependant battre le Brésil lors de la dernière journée pour décrocher définitivement un strapontin pour le Mondial russe. Derrière, la Colombie (26 points) et le Pérou (25 points) s’affrontent mardi dans un match qui aura de lourdes conséquences pour le perdant. Septième avec 24 points, le Paraguay est l’équipe la moins bien placée dans la course. Toutefois, opposés au Venezuela, lanterne rouge, lors du prochain match, les joueurs de Francisco Arce peuvent encore espérer accrocher l’une des places qualificatives. Quant à l’Argentine, elle jouera gros face à l’Équateur. Sixième, en position de premier non-qualifié, l’Albiceleste doit impérativement s’imposer, au risque de rater sa première Coupe du monde depuis 1970. Malgré les efforts de Lionel Messi, les Argentins n’ont glané que six succès en dix-sept rencontres et affichent une bien triste mine. Accueillie avec enthousiasme, l’arrivée de Jorge Sampaoli en juin dernier n’a pas encore eu l’effet escompté. Le temps presse : le risque de voir un Mondial sans les doubles champions du monde et leur quintuple Ballon d’Or n’a jamais été aussi réel.

Ils resteront à quai : Équateur, Bolivie, Venezuela

Présent lors des éditions 2002, 2006 et 2014, l’Équateur n’a pu décrocher une quatrième participation à la Coupe du monde. Malgré des débuts en fanfare, avec quatre victoires de rang, les partenaires d’Antonio Valencia ont rapidement déchanté. Sur les treize matches suivants, la Tri n’a glané que deux petits succès, pour autant de nuls et neuf défaites. La seule satisfaction équatorienne se nomme Felipe Caicedo. Avec sept buts à son compteur, l’attaquant de la Lazio Rome est le dauphin d’Edinson Cavani au classement des meilleurs buteurs du groupe. La Bolivie, de son côté, n’a jamais été en mesure d’espérer intégrer la première moitié de tableau. Avec un bilan de quatre victoires, deux nuls et onze défaites, les Boliviens pointent en neuvième position, à douze longueurs du quatrième, la Colombie. Reste le Venezuela. Avec une seule victoire à son actif, acquise au détriment de la Bolivie (5-0), les joueurs de Rafael Dudamel sont condamnés à la dernière place.

Les pronos de la Rédac’ :

Qualification directe : Brésil, Uruguay, Argentine, Chili

Barrage contre la Nouvelle-Zélande (zone Océanie) : Colombie

Éliminés : Paraguay, Pérou, Équateur, Bolivie, Venezuela