Coupe du monde 2018

Quel défenseur central pour remplacer Laurent Koscielny ?

Quel défenseur central pour remplacer Laurent Koscielny ?
Laurent Koscielny a dit adieu au Mondial et à l'Équipe de France - DR

Gravement blessé lors de la demi-finale retour d'Europa League, Laurent Koscielny a dit adieu à la Coupe du monde et à l'Équipe de France de la pire des manières. Au delà de la tristesse de perdre l'un des tauliers de son équipe, Didier Deschamps va être confronté à un véritable casse tête pour trouver son remplaçant.

Jeudi 3 mai 2018. On joue la 7e minute au Wanda Metropolitano de Madrid quand, alors qu'il est tout seul, Laurent Koscielny s'écroule au niveau du rond central. Entouré par ses coéquipiers inquiets, le défenseur et capitaine d'Arsenal ce soir-là est en pleurs. Sûrement l'a-t-il déjà compris, la douleur qu'il ressent au niveau du talon n'est pas anodine. Non, sa blessure est grave et le contraint à sortir sur civière quelques minutes plus tard. Laurent Koscielny n'abandonne alors pas que ses coéquipiers londoniens venu à Madrid pour gratter une place en finale de C3. C'est sa participation à la Coupe du monde qui est remise en question. Et la nouvelle tombe vite. Il souffre d'une rupture du talon d'Achille et sera absent des terrains de nombreux mois. "Jusqu'en décembre au minimum" avancera même Didier Deschamps quelques jours plus tard. Une nouvelle terrible pour le joueur qui avait annoncé sa retraite internationale à l'issue de la Coupe du monde, mais aussi pour l'Équipe de France qu'il côtoie depuis déjà 8 ans et dont il est le pilier de la défense centrale.

Jusqu'alors, la question que se posaient les supporters français comme le sélectionneur était de savoir qui allait être aligné durant le Mondial aux côtés du Gunners. Mais avec cette blessure, la question ne se pose plus. Samuel Umtiti et Raphaël Varane constitueront la charnière centrale des Bleus. Mais il faut maintenant savoir qui remplacera numériquement Laurent Koscielny dans les 23 qui s'en iront en Russie en juin. Parmi eux, quatre défenseurs centraux. Les places de Samuel Umtiti, Raphaël Varane et Presnel Kimpembe semblant réservées, petit tour d'horizon des candidats potentiels à ce poste.

L'évidence : Adil Rami (Olympique de Marseille)

Auteur d'une saison exceptionnelle avec l'OM, durant laquelle il aura retrouvé toute la force mentale et la puissance rassurante qui étaient siennes durant ses plus belles années à Lille, Adil Rami était déjà un candidat sérieux pour le Mondial avant même la blessure de Laurent Koscielny. Aujourd'hui, et au vu des circonstances, la présence du taulier de la défense marseillaise semble encore plus évidente. D'autant plus qu'Adil Rami a déjà été appelé cette saison en Équipe de France même s'il n'était pas entré en jeu. Dernier argument - s'il y a réellement besoin d'un en plus - le Marseillais a déjà connu ce rôle de joker puisque pour l'Euro 2016, alors qu'il évoluait à Séville, il ne figurait même dans la pré-liste de Didier Deschamps. Et c'est pourtant lui qui sera finanlement appelé pour remplacer un Raphaël Varane forfait de dernière minute.

Le passe-partout : Benjamin Pavard (Stuttgart)

Surprise de Didier Deschamps que personne n'avait vu venir, la sélection de Benjamin Pavard en novembre dernier était improbable. Depuis, le jeune défenseur a été rappelé lors du dernier rassemblement et compte trois matchs en Bleu, dont 90 minutes en mars dernier contre la Russie. Appelé pour suppléer Djibril Sidibé en tant que latéral droit, le sélectionneur ne trouvant pas d'autres options qui lui convienne, Benjamin Pavard n'en reste pas moins un défenseur central et c'est à ce poste qu'il évolue en club. De quoi rendre possible la sélection du défenseur de Stuttgart pour évoluer dans l'axe, son véritable poste, et ainsi libérer une place à droite. Une solution qui relancerait la course entre Mathieu Debuchy, Christophe Jallet et... Bouna Sarr. 

Le coup de poker : Clément Lenglet (FC Séville)

Âgé de 22 ans, Clément Lenglet sort de deux saisons au FC Séville, dont la dernière dans la peau d'un titulaire qui a impressionné toute l'Espagne par son talent. Et tant pis s'il n'est que peu connu en France, celui qu'on dit proche de signer au FC Barcelone n'est pas du genre à se laisser submerger par la pression et l'a prouvé tout au long de la saison. Ses qualités d'interceptions et de relance feraient de lui un sacré atout pour l'Équipe de France et vivre une Coupe du monde à son âge, même sur le banc, le préparerait au mieux à l'avenir radieux qui s'annonce devant lui, un peu à la manière de Presnel Kimpembe qui vit avec les Bleus depuis de nombreux mois tout en n'ayant joué qu'une seule fois. 

L'improbable : Mamadou Sakho (Crystal Palace)

Le héros d'un soir de novembre 2013 durant lequel il planta un doublé face à l'Ukraine a depuis connu bien des déboires. Alors titulaire en Bleus, auréolé d'un titre de Champion de France avec le PSG et jouant souvent avec Liverpool, Mamadou Sakho a par la suite sombré. Auteur de mauvaises prestations sous le maillot des Reds, il perd peu à peu sa place en club comme en sélection nationale, au point de ne pas participer à l'Euro 2016, en raison notamment d'une sombre histoire de dopage pour laquelle il sera ensuite blanchi. Aujourd'hui titulaire à Crystal Palace où il a retrouvé peu à peu le niveau qui était le sien, Mamadou Sakho pourrait être rappelé par Didier Deschamps pour enfin achever son histoire brusquement arrêtée avec l'Équipe de France.

Auraient pu être cités : Aymeric Laporte (Manchester City), Dayot Upamecano (RB Leipzig), Loïc Perrin (AS Saint-Etienne), Kurt Zouma (non, là on déconne)

Et vous, qui prendriez-vous pour remplacer Laurent Koscielny chez les Bleus ?